Textes divers

Le caillou choisi

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme                                                                                      Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? »[1]

Le caillou choisi, élu parmi les autres, magique.

Mon choix oscillait entre le caillou à la forme parfaite, ronde, dénuée d’aspérités, de couleur sombre et homogène. Le galet noir sculpté par la force du courant, élu joyau parmi les alluvions de la rivière. Tombé de je ne savais quelle planète pour l’enfant que j’étais  ̶ nattes longues et chaussettes blanches sur des jambes maigres qui n’en finissaient plus.

J’hésitais entre ce galet noir prétendument tombé du ciel et la pierre dont la brillance s’ouvrait sur des éclats d’argent : le caillou pierre précieuse, bijou sauvage dans ses aspérités, aux arêtes vives coupantes par endroits, qu’il me fallait retirer de ma poche avec délicatesse afin de ne pas me blesser ; du moins le croyais-je. En accentuer le danger accroissait son prestige.

Dans la poche droite, la rondeur ténébreuse, dans la gauche, la brillance du mica.

Les deux auréolés de pouvoirs. Le rond, rassurant, vite réchauffé dans la main, facile à manipuler, auquel sa brillante réactivée par la salive donnait l’air d’avoir été vernis, rendu beau dans l’humide. Dans la bouche comme dans la paume de la main, sa rondeur avait une suavité enveloppante et sensuelle.

L’attrait du mica aux éclats d’argent était moins charnel. D’un contact peu sensuel, sa contemplation seule me ravissait. Présenté aux rayons du soleil, il en captait l’énergie dont il restituait la brillance, la nuit, dans le secret de ma chambre d’enfant.

Tel un trésor posé à côté de mon oreiller alors que le galet noir ne quittait pas les entrailles de ma poche la plus profonde, les deux cailloux m’accompagnèrent de leur présence tellurique et solaire autant d’années que nécessaires ; jusqu’à ce que je sois entrée en adolescence, où des figures plus animées en détournèrent mon attention.

R-M Mattiani, 24.01.2015

[1] Alphonse de Lamartine, Harmonies poétiques et religieuses, Livre troisième II. Milly ou la terre natale.

caillou-bandeau1

 

Prière

Aux condamnés à la mutité

Aux candides

Aux épuisés

Aux enclins au doute perpétuel

Aux dépositaires émouvants

A ceux qui sont pleins de larmes

A ceux qui cherchent leurs mots

A ceux qui préfèrent les éviter

A ceux qui ânonnent des paroles obscures

A ceux dont l’enfance n’est que lambeaux

A ceux qui déplient leur froissement d’âme en forme d’ailes

A ceux qui tombent et se relèvent

A ceux qui roulant dans la poussière en sortent grandis

A ceux qui sont sortis vivants de l’enfer

A ceux qui bandent encore parmi les ruines

A ceux dont l’unique œil- nombril voit tout en noir

A ceux qui vivent dans un épuisement consenti

A ceux aux archives vacillantes préférées stables

A ceux qui ont perdu le goût de thésauriser

A ceux quittant le circuit social de la domestication

A ceux pour qui la solitude est référente

Aux centenaires nostalgiques

A ceux qui ont renoncé aux jugements d’autrui

A ceux dont les ventres brillent dans la nuit comme ceux des vers luisants

Aux vivants la sensation d’être des miraculés

Aux corps de vieilles branches qui ont le rire enfantin

A ceux dont la faculté d’émerveillement reste intacte

A ceux éclairés par leur ombre

A celui qui se surnomme « le vieil Ulysse »[1]

A celui qui put dire à la fin de sa vie

« je sais mieux ce que je sais »[2]

Aux humbles mortels.

R-M Mattiani, 12.2014

 

[1] Georges-Emmanuel Clancier

[2] Henri Matisse

Bougie01

amour : ombre inutile

des années durant                                                                                                                                   un temps déterminé                                                                                                                         temps de phrases molles

on a partagé un lit                                                                                                                         creusant un mitan perpétuel                                                                                                           fossé infranchissable                                                                                                                   fossé : chenal définitif

trancher au plus vif de la chair                                                                                               en séparer les moindres fractions

des oreillers d’abîme                                                                                                                     étouffaient les ruines                                                                                                                             guerre : partout

écroulement inévitable                                                                                                                 amour affecté au déclin                                                                                                                     ruine du délabrement

décombres : anéantissement littéral

conforme à une faim d’amour infinie                                                                                                 un amour de fin infime

amour : ombre inutile

mal aux racines                                                                                                                                 arbre saturé par le vent                                                                                                         déraciné de lui-même                                                                                                                     expatrié de l’amour

amour : ombre inutile

la mémoire paît maintenant                                                                                                           dans cet immense aujourd’hui                                                                                                           où règne le grand calme

des brins de racines poussent                                                                                                           dans une flore secrète                                                                                                                 sécrétant les mots                                                                                                                               d’une bouche d’ombre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

3 réflexions sur “Textes divers

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s